Bonne nouvelle pour les alternants et leur employeur. Cette aide de 5000€ destinée aux entreprises accueillant des jeunes apprentis dans leurs équipes (8000€ pour les majeurs) avait déjà été reconduite au printemps jusqu’en décembre. Une prolongation qui s'appliquera également aux contrats de professionnalisation, comme le confirme le Ministère du Travail.

« Nous croyons en l'apprentissage", a notamment déclaré le premier Ministre Jean Castex en ajoutant « 2,6 millions de jeunes ont à ce jour directement bénéficié d’aides de France Relance pour l’emploi, l’insertion ou la formation. ».  L’an dernier, ce n’est pas moins de 500 000 contrats en alternance qui ont été signés, soit un record. Prévu dans le programme « 1jeune, 1solution », elle rend le coût de la première année d’alternance quasiment nul pour l’employeur. 

La prolongation des aides « est une très bonne nouvelle pour l’apprentissage et l’artisanat dans son ensemble », a réagi Joël Fourny, président du réseau national des chambres des métiers et de l’artisanat, CMA France. Face aux difficultés de recrutement, « cette annonce permet de donner de la visibilité aux chefs d’entreprise en cette rentrée avec de premières remontées très prometteuses », a-t-il ajouté, relevant une « progression [du nombre d’apprentis] de 8 % à fin août par rapport à la même période l’année dernière ». « Une vraie dynamique est engagée, un quart des entreprises se disent prêtes à accueillir un ou plusieurs apprentis », a encore dit M. Fourny.

La hausse des contrats d'alternance est en partie la conséquence de la réforme de 2018 qui a libéralisé l'apprentissage à la fois sur les conditions d'entrée et sur l'offre de formation. Accessible aux jeunes de 16 à 29 ans, l'apprentissage repose sur le principe de l'alternance entre enseignement théorique et formation au métier chez l’employeur avec lequel l'apprenti a signé son contrat.

Le dispositif est jugé efficace pour l’insertion professionnelle – six mois après leur sortie d’un centre de formation des apprentis (CFA), 62 % des apprentis ont un emploi salarié –, mais il a longtemps souffert d’une image dégradée.

Autres actualités